Offrir un livre

Offrir un livre est toujours le fruit d’une attention particulière à l’autre. Impossible de se contenter du passe-partout, on cherche ce qui pourrait convenir le mieux et quelle joie quand on est sûr d’avoir trouvé. Un livre qui s’impose comme devant spécialement plaire à la personne telle qu’on la connaît. Ou alors un livre qui nous a personnellement beaucoup plu et qu’on voudrait lui faire découvrir, avec la promesse d’un beau partage à venir. En fait, si les petits cadeaux entretiennent l’amitié, le livre est à l’évidence le cadeau par excellence… Y compris envers soi-même quand on décide de s’offrir de quoi faire grandir son savoir, son esprit, son cœur….
Jean-François Rod

François Cheng
De l’âme
Albin Michel, 160 pages, 14€

Une vieille amie, perdue de vue, écrit un jour à l’auteur qu’elle pense de plus en plus à l’âme en vieillissant et qu’elle aimerait bien que son ami l’éclaire. Cela nous vaut sept lettres magnifiques à la manière unique de François Cheng. Une pensée très structurée qui affleure dans la simplicité et une prose toujours fluide. Des souvenirs personnels juste évoqués qui prennent une dimension universelle. Des références admiratives à des auteurs choisis.Tout est dit dans une langue imagée et suggestive qui passe naturellement en poésie. Surtout ce livre unit sans équivalent la manière chinoise d’aborder le réel et la manière française. Une fois de plus, le vieux maître plein de finesse nous enchante en même temps qu’il nous instruit.

Sylvie Gavroche
Le Christ contemplé par les peintres
Parole et silence, 380 pages, 39€

Coup de cœur

Ce splendide ouvrage n’est pas un livre d’art, alors même qu’il reproduit somptueusement un grand nombre de tableaux de tous les âges, c’est d’abord un livre spirituel. L’auteure veut enchanter le regard et nourrir très librement la méditation par un recueil original de peintures toutes plus belles et profondes les unes que les autres, en ayant le projet que la contemplation des œuvres dans leur richesse et leur diversité soit un chemin vers le Christ. D’autant plus que le livre est structuré selon les vingt mystères du Rosaire et qu’il présente ainsi le mystère du Christ dans sa plénitude. La maquette est remarquable, si bien que chaque page attire le regard et appelle comme naturellement la prière.

Eliane Gondinet-Wallstein
Noël sous le regard des peintres
Mame, 190 pages, 34,90€

Il est impossible de rassembler en un seul beau-livre tous les chefs d’oeuvre que la Nativité a suscités, tant ce thème de la naissance d’un enfant, Verbe fait chair, trouve de résonances dans notre humanité. L’auteure fait reproduire ici une trentaine de tableaux du III ème au XX ème siècle (depuis une fresque presque effacée des catacombes jusqu’à Manessier) pour en faire un commentaire exceptionnel. Avec une compétence rare, elle reprend ici un des livres qu’elle a écrit pour sa collection « Un certain regard ». En montrant les évolutions historiques de la représentation, en déployant sous nos yeux le sens esthétique et spirituel de chacune des œuvres choisies, elle nous permet une méditation admirable sur Noël.

Axelle Huber
Si je ne peux plus marcher, je courrai !
Mame, 210 pages, 15,90€

Un hymne éclatant à la vie et à l’Amour alors même que l’histoire raconte la maladie inéluctable et la mort en peu d’années d’un homme de quarante ans, père de quatre enfants. Je vous assure que sa lecture sera une force pour votre propre vie tant la parole de sa femme qui raconte les étapes de leur histoire rayonne d’amour et de foi. Elle n’évacue pas la souffrance, la dureté insupportable de l’épreuve, pour lui, pour elle, pour les enfants, mais elle trouve les mots et le ton justes pour dire la force inébranlable du lien, l’espérance indéfectible, l’expérience de l’Esprit Saint aux moments qui devraient être les pires, la joie même. Un témoignage au sens plénier du terme qui peut être un appel et un soutien.

Pape François
La Joie de l’amour
Exhortation apostolique post-synodale
Editions Jésuites, Fidélité, Lessius, 374 pages, 13€

Tous les catholiques savent que ce texte du Pape après deux synodes est un texte essentiel et un appel important à toute l’Eglise. Ce guide, réalisé par la Conférence des Evêques de France et par la Faculté jésuite du Centre Sèvres, propose un commentaire de la totalité du texte, repris in extenso (de manière physiquement très lisible), avec des explications de mot, plusieurs index, des témoignages à la fin de chaque chapitre ainsi que des questions pour mieux comprendre. Un instrument de travail qui facilite la lecture et qui permet d’approfondir, seul d’abord et en groupes, les questions très concrètes qui se posent à l’Eglise, non sans tensions palpables.

Bernard Sesboüé
Jésus. Voici l’homme
Salvator, 187 pages, 19,50€

Avec sa maîtrise et sa clarté habituelles, le Père Sesboüé décrit dans ce livre tous les traits de la figure humaine de Jésus tels qu’ils apparaissent, scène après scène, dans les évangiles et qu’il rassemble dans la « limpidité » de la personnalité de Jésus. En effet, si Dieu s’est fait homme, alors l’humanité de Jésus est la manifestation de la vérité de l’homme en même temps que la révélation de Dieu. Si la pensée chrétienne a élaboré la théorie de la juste conception de l’homme (c’est ce que l’auteur a fait remarquablement dans « L’homme merveille de Dieu » Salvator), la figure humaine de Jésus nous la donne à voir. A nous de la contempler, à l’école de ce maître qui l’a fait toute sa vie à la manière ignatienne.

Pouderon, Salamito, Zarini,
Premiers écrits chrétiens
Bibliothèque de La Pléiade
Gallimard, 1580 pages, 58€ puis 66€

La Pléiade a eu la bonne idée de demander à des spécialistes de rassembler dans sa prestigieuse collection tous les écrits chrétiens depuis l’origine jusqu’à l’an 200. En y ajoutant même tous les textes des témoignages non-chrétiens sur Jésus et les premiers chrétiens. Ce recueil exhaustif sans équivalent est présenté avec des introductions et des notes lumineuses. Quelle chance de pouvoir aussitôt consulter une référence rencontrée par ailleurs, ou d’aller « humer » la manière des premiers auteurs lettrés convertis. C’est une véritable émotion que de rencontrer nos premiers frères dans la foi, si étranges quelquefois, si divers, mais si proches dans la commune adhésion au Seigneur.

Mgr Olivier de Berranger
L’évangile selon Saint Matthieu
Parole et Silence, 295 pages, 20€

Puisque nous entrons dans l’année liturgique « A »où nous allons lire l’Evangile de Matthieu, cette méditation d’un grand spirituel tombe à pic. On n’a pas oublié l’ancien évêque de Saint Denis, prêtre du Prado, prêtre fidei donum en Corée pendant 17 ans. Maintenant retiré, il nous transmet ici le fruit de sa lecture : « il ne s’agit pas, nous dit-il, d’exégèse scientifique. C’est une « lectio divina écrite » si l’on veut, le fruit d’un long travail de rumination, de prière et, enfin, d’efforts pour rédiger l’essentiel de ce qui a été perçu, goûté, apprécié dans la foi ». La simplicité et la modestie du propos ne doivent pas tromper sur l’ampleur spirituelle et la richesse vécue de ces pages sur l’Evangile. Une belle source pour notre propre méditation cette année.

Christophe Flipo
L’adieu aux frères
Cerf, 128 pages, 14€

L’auteur a fait un récit enthousiasmant de sa conversion et de celle de sa femme dans « La meilleure part » (Cerf, 2015). Ingénieur architecte informatique, entre Londres et le Nord, il a raconté de manière très vivante leur rencontre complètement improbable avec le Christ à Rocamadour. Or, cet homme était franc-maçon, et même haut gradé dans les échelons de la franc-maçonnerie. Il a décidé de rompre et il explique dans ce livre pourquoi. Pas du tout dans un esprit d’amertume et de mépris, au contraire avec un grand respect pour ce qu’il a vécu et pour les frères qu’il quitte. Mais voilà, la foi au Christ lui propose une tout autre lumière. Ce livre n’est pas une réflexion théorique sur la compatibilité ou non des diverses franc-maçonneries avec le christianisme. L’immense intérêt de ce livre, vous l’avez compris, c’est que l’auteur a plongé profondément dans l’expérience franc-maçonne et qu’il expose de manière vécue le chemin de dépassement qui s’est imposé à lui.

Antoine Nouis
Lettre à ma belle-fille catholique pour lui expliquer le protestantisme
Labor et Fides, 120 pages, 14€

Si vous voulez comprendre de l’intérieur le protestantisme, éclairer les accords et les désaccords, réveiller votre désir et votre prière pour l’unité des Eglises, travailler à la rencontre mutuelle de tous les chrétiens dans l’Esprit du Christ, ne passez pas à côté de ce livre vraiment stimulant. Antoine Nouis est un théologien protestant, pasteur pendant vingt ans de l’Eglise réformée, éditorialiste de la revue Réforme. Il a déjà publié « Lettre à mon gendre agnostique pour lui expliquer la foi chrétienne » (Labor et Fides), un petit livre vif, clair, brillant qui a eu beaucoup de succès et qui continue à aider aujourd’hui beaucoup de personnes qui cherchent à présenter la foi de manière attirante. C’est avec le même talent qu’il fait percevoir ici l’essence du protestantisme, sa visée-source, sa théologie, son histoire, son actualité, dans des pages courtes et lumineuses. Il est passionnant de voir comment il exprime toute son estime pour l’Eglise catholique et pourquoi quand même il reste non-catholique…Un livre qui fait réfléchir et prier.

Marc-Alain Ouaknin
La Tora expliquée aux enfants
Seuil, 170 pages, 8,60€

Ce petit livre n’est pas récent, mais il n’a rien perdu de son intérêt . Il fait partie d’une collection « telle chose ….. expliquée à mon fils, à ma fille », où un grand spécialiste connu est censé présenter la question de façon complète mais simple, d’où son titre. Si vous voulez savoir ce qu’est la Tora pour les Juifs, si vous voulez en quelque sorte entrer dans la tête et le cœur des juifs pratiquants, si vous voulez percevoir ressemblances et différences, prenez cet ouvrage. Le rabbin Ouaknin (auteur avec Bottero et Moingt d’un magnifique « La plus belle histoire de Dieu », au Seuil) est un « puits de science » malin qui vous fait entrer dans la tradition juive avec clarté, simplicité et humour. Je vous laisse découvrir les histoires drôles qui parsèment le livre, comme il se doit dans la bonne tradition juive, vous allez éclater de rire et vous vous rendrez compte ensuite que vous repensez longuement au sens de ce qui vous a fait rire. L’auteur vous fera même une initiation talmudique à la valeur numérique de chaque lettre hébraïque… En peu de pages, on apprend beaucoup et il me semble qu’un tel livre initie un beau dialogue avec le judaïsme, (même si l’auteur bien sûr ne représente pas à lui seul toutes les écoles du judaïsme).

Cardinal André Vingt-Trois
Découvrir Jésus en lisant Saint Marc
Salvator, 216 pages, 20€

Signaler comme excellents les livres de son archevêque peut évidemment susciter la suspicion de flagornerie….J’en prends le risque délibérément, car je pense qu’il y a dans ces pages de quoi nourrir vraiment l’intelligence et le cœur de chacun. La méthode est simple, suivre tout le cheminement d’un évangile au fil de l’année liturgique et des évènements particuliers, en fournissant un éclairage substantiel qui va toujours droit à l’essentiel. Se dégage alors une ligne directrice qui appelle chacun à prolonger la méditation à sa propre manière. Ici, dans saint Marc, le plus ancien des évangiles, le plus court, le plus direct si on peut dire, c’est la figure de Jésus qui se découvre et s’approfondit. Naguère, le Cardinal nous avait donné « Dieu ouvre des chemins : itinéraires en suivant l’évangile de saint Matthieu » (Salvator), particulièrement recommandé si l’on souhaite un bon livre d’accompagnement spirituel pour l’année liturgique qui commence.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.