Histoire du Christ, chef d’oeuvre de Giovanni Papini

J’aimerais vous faire partager la découverte d’un livre magnifique, un classique qui est un chef d’œuvre : Histoire du Christ de Giovanni Papini.

Lorsqu’elle parut il y a un siècle, cette œuvre connut un immense succès en Italie et dans le monde entier. Elle est aujourd’hui un peu oubliée, mais une nouvelle et très belle traduction en français nous la rend à nouveau accessible.

Lorsqu’il écrit ce livre  en 1920, Papini est une figure  de l’avant-garde littéraire, très « lancé », redoutable polémiste et il vient de publier un pamphlet proclamant un athéisme virulent. Sa conversion est tout à fait improbable. Mais il se met à lire les Evangiles. Et considérant que Jésus est méconnu et défiguré  –  les livres savants n’ont pas la foi et les livres dévots n’ont pas de style – il se fait un devoir d’écrire l’Histoire du Christ.

Ce  faisant, il ne trempe pas sa plume dans l’eau bénite, il garde son style flamboyant et il fait preuve d’une férocité sans scrupules à l’égard des ennemis du Christ. Par exemple, sur Nietsche (p.29):

« Etait en train de se préparer le dernier Antéchrist. Jésus, dit-il en descendant des Alpes vers le soleil, avait mortifié les hommes ; le péché est beau, la violence est belle, tout ce qui dit oui à la Vie est beau. Et Zarathoustra … commença à sauter comme un cabri devant la statut de Dionysos, avec cette légèreté que peut avoir un Allemand né d’un pasteur luthérien et à peine descendu d’une chaire helvétique ». C’est – est-il besoin de le dire –  totalement  injuste et « incorrect ».

Ou encore (p.55): « Quand Jésus apparut parmi les hommes, les criminels régnaient et étaient obéis sur la terre. Il naissait soumis à deux maîtres – l’un plus fort et plus lointain, à Rome, l’autre, plus infâme et plus proche, en Judée … Tous deux étaient parvenus au plus haut par des voies perverses et illégitimes : à travers guerres civiles, trahisons, cruautés et massacres ; ils étaient faits pour s’entendre et étaient, de fait, amis et complices autant que le permettait le vasselage du scélérat subalterne  envers le scélérat principal. »

Avouez que cette verve est réjouissante !

Evidemment, ce n’est pas cela l’essentiel. Ce qui est très émouvant, c’est que ce livre est le chemin même de sa conversion. Il n’a pas écrit ce livre après s’être converti, mais c’est en écrivant son Evangile qu’il construit son adhésion passionnée au Christ. Scène après scène, il met sa langue ardente de grand écrivain au service de la découverte de Jésus et il plaide pour faire connaître sa vraie figure.

En fait, il est comme les disciples écoutant le Christ sur le chemin d’Emmaüs, en écrivant ce livre son cœur est brûlant. Et quant à nous, en le lisant, notre cœur peut l’être aussi…

Jean-François Rod

Giovanni Papini, Histoire du Christ, De Fallois / l’Age Homme

Ce contenu a été publié dans Christianisme, Chroniques de nos libraires, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Histoire du Christ, chef d’oeuvre de Giovanni Papini

  1. Bénard Pierre dit :

    Comme vous, je découvre avec vous ce beau livre dans cette bonne traduction. Et comme vous aussi, j’apprécie le ton mordant de certaines pages et cette méditation ardente et dégagée sur les récits évangéliques, reflet d’une conversion en train de s’opérer.

Les commentaires sont fermés.