Cheyenne Carron, L’Apôtre

Avec ce cinquième film, Cheyenne Carron va enfin être découverte par un public assez large. L’Apôtre a comme ses autres films été produit avec les moyens du bord, sans avance sur recette, et n’est pour l’instant diffusé que dans une seule salle, le Lincoln à Paris. Mais la critique est là, souvent positive, notamment celle du Monde, et les réseaux sociaux cathos se sont emparés du phénomène.

l-apotre-dvd-carronAvec l’Apôtre, Cheyenne Carron tient un sujet qui remue : la conversion d’un jeune musulman, Akim, qui va cheminer vers la foi catholique malgré une opposition parfois violente d’une partie de sa famille et de ses amis. Invité au baptême d’un enfant d’un copain rencontré par « hasard », Akim va être bouleversé par le rituel et les chants. En fait, il a découvert Jésus, et le personnage de prêtre qui va l’accompagner avec modestie et humilité lui permettra d’accéder à la Parole.

Rien de cul béni dans ce film qui ne sent pas l’eau de rose, mais qui s’impose par sa beauté sauvage, ses partis-pris de simplicité et de sobriété, son tranchant parfois fulgurant. Rien de manichéen non plus : l’Islam n’est pas caricaturé (il y a les fous furieux et les modérés pris en otage), les cathos ne sont pas magnifiés (le curé ne paie pas de mine et le copain catho est assez peu impliqué). Bref le film est juste. C’est sa force. Du coup, il peut débuter avec une scène de violence et finir par une réconciliation sans que le propos ne soit rhétorique.  On y croit parce que c’est vrai. J’ai juste un regret : Cheyenne Carron ne montre pas les états d’âmes intérieurs de son personnage. Mais elle a peut-être été sage en ne s’aventurant pas dans cette voie-là, car en en restant à la narration, elle renforce cette impression de réalisme qui donne au film son accent de vérité. En n’allant pas dans le for interne, Cheyenne Carron nous frustre un peu mais laisse son spectateur libre  de vivre cette histoire où il en est dans son chemin de foi et de vie.

Ce qui me touche personnellement le plus c’est que rien dans ce film ne transpire l’agressivité de certains discours de croisades. Cheyenne Carron dont le parcours de vie a aussi été un parcours de conversion place au bon niveau la question de la foi chrétienne : il s’agit d’aimer et de pardonner, de se laisser aimer et pardonner. Aucun d’entre nous n’en est capable sans se remettre une fois pour toutes dans les bras de Jésus. Cheyenne Carron qui est une femme de feu le sait plus que quiconque. Et c’est pour cela que l’Apôtre est grand.

François Maillot

françois maillot

Ce contenu a été publié dans Chroniques de nos libraires, DVD, Musique & DVD. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Cheyenne Carron, L’Apôtre

  1. Anne de Coincy dit :

    Merci de ces lignes qui invitent à ouvrir nos yeux et nos oreilles, en lien avec la voix de Cheyenne Carron, entendue, ce matin, sur Radio Notre Dame, voix lumineuse et écoute décapante, car invitant, elle aussi -ce loin des clichés ou plutôt des vibrations de sensibilité épidermique qui peuvent nous habiter, bien malgré nous et surtout, malgré ce que nous croyons être…-, au déplacement, vers l’approche d’un chemin ‘autre’, tout simplement vrai et que nul ne pourra lui ravir, c’est le sien.

  2. Marie-José dit :

    Pourquoi si peu de publicité pour un film qui me semble plein de promesses missionnaires ?

  3. Marguerite-Marie LENGLET dit :

    Ce commentaire semble tout à fait juste, d’autant plus juste lorsque l’on écoute Cheyenne Carron témoigner elle-même sur son film et ses intentions. Je recommande pour cela d’écouter, sur le site de Radio Notre-Dame, le podcast de l’Emission « le Grand témoin » du 8 octobre 2014. L’auteur s’explique sur son film l »Apôtre » avec clarté et fraicheur. Elle a de plus encore un projet des plus original pour nous !: elle traitera dans un prochain film du thème du racisme en se situant sous l’angle plus qu’original qu’est celui du racisme anti-blancs. Merci à Cheyenne Carron pour la perspicacité de ses thèmes qui nous concernent tous et nous aident tant à réfléchir et à nous questionner ! Voir absolument l' »Apôtre », surtout en DVD, car si peu diffusé en salles. Vraiment merci à elle pour son excellent travail !

  4. errinette dit :

    bonjour !
    je voudrais savoir comment on peut faire pour le voir s’il n’est pas diffusé dans les salles ?

    merci d’avance

  5. FUSTIER dit :

    Si se convertir c’est « abandonner une croyance fausse pour adhérer à la vraie foi » (Le sens chrétien des mots par P-R.AMBROGI, éd.TEMPORA, 2008, p.85)comment faut-il dire pour le sens inverse ?

  6. Marguerite-Marie LENGLET dit :

    Pour voir ce film, il faut se procurer le DVD ! Ce sont les lois de la diffusion des films en France qui nous oblige à cela… : petite diffusion du film…(problèmes économiques…), mais très grande valeur (l’essentiel…) ! Un achat de DVD sur la Procure, c’est bon…

    La conversion d’un cœur est un chose trop intime pour qu’on ne la réduise et ne la fasse contenir que dans une simple définition de dictionnaire : c’est une Lumière qui envahit le cœur et illumine toute la vie d’une personne ! qui lui donne tout son Sens ! Ce n’est pas une question de sens (« à l’envers à l’endroit » s’entend) c’est une question de rencontre Vraie au plus profond de soi : le Dieu d’Amour se laisse chercher et se révèle à qui ouvre son cœur, en vérité. La vie de la personne concernée en est bouleversée à jamais ! Elle se laisse dès lors conduire par cette Nouvelle Lumière ! Lire et écouter la Parole dans une Bible est une voie sure… pour la rencontre ! Respectueusement vôtre.

  7. Marie-Antoinette dit :

    Superbe ce film . Il révèle, avec pudeur, l’action de la grâce. Ce don gratuit qui peut changer le monde et…le cœur de l’homme.

Les commentaires sont fermés.