Une sélection de grands livres pour cet été

Comme l’été est propice aux  lectures  ressourçantes et vivifiantes, voici une sélection de grands livres du moment  dans laquelle chacun pourra choisir.

 

Histoire

« Le Concile de Trente » de J. O’Malley (Lessius) mérite d’être choisi en premier, car le talent de l’auteur est tel que ses livres sont plus passionnants que beaucoup de romans ! Le jésuite américain nous a déjà donné avec « L’événement Vatican II » un des livres les plus éclairants sur le dernier concile. Pour Trente, il montre avec la même limpidité ce qui s’est vraiment passé, il fait comprendre  les enjeux majeurs dans la complexité du temps, si bien que les idées simplistes qui peuvent nous  encombrer deviennent impossibles : il montre de façon convaincante que Trente a d’abord une visée pastorale et qu’il ne désespère pas de réduire la fracture avec les protestants ! Un livre de grande importance pour aujourd’hui.

On peut garantir aussi un grand plaisir de lecture  avec «Le roman de Saint Louis » de Ph. de Villiers, (Albin Michel). Ce roman historique très bien écrit rend chair et vie à l’homme en lui donnant toute sa stature.

Puisque le centenaire nous y invite, il sera bon d’emporter « La mort du lieutenant Péguy » de JP. Rioux (Tallandier) pour Péguy bien sûr, mais aussi pour comprendre en vérité l’état d’esprit de nos pères devant cette guerre, loin de certains poncifs actuels.

Quant aux Cristeros, c’est l’historien Jean Meyer qui réveille notre mémoire : « La rébellion des Cristeros » (CLD).

 

Bible

Un ouvrage formidablement intéressant s’impose : « Le Christ Juif » de D. Boyarin (Cerf). Ce rabbin montre que la notion d’un Messie humano-divin, seconde figure divine, est tout à fait présente dans la pensée juive de l’époque à partir de Daniel 7 (le Fils de l’Homme) ainsi que celle d’un messie qui sauve des péchés par sa souffrance à partir d’Isaïe 53. Ce ne sont pas des réinterprétations chrétiennes rétrospectives et abusives. L’auteur reste toujours très clair même dans ses lectures savantes et il ouvre une discussion passionnante.

Si l’on veut faire le point sur les recherches historico-critiques sur l’Ancien Testament, l’entretien avec T. Römer, du Collège de France, « La Bible, quelles histoires !» ( Bayard) est un guide avisé, lumineux et lui aussi passionnant. Il pourrait bien être déstabilisant, ne le cachons pas,  mais on ne peut faire fi des recherches (et des controverses !) des spécialistes.

Pour lire l’Ecriture comme Parole de Dieu, prenez avec vous « Cinquante portraits bibliques » de P. Beauchamp (Points). L’auteur a scruté la Bible avec une rare acuité et c’est un pédagogue rusé en même temps qu’un vrai spirituel. En trois pages, il fait comprendre l’essentiel d’un personnage. C e livre de poche est un très grand livre.

 

Actualité de l’Eglise

Il ne faut pas manquer « L’Eglise n’a pas dit son dernier mot » de M. Rougé (Robert Laffont). Ce petit traité d’antidéfaitisme catholique est épatant : argumenté, vigoureux, nuancé aussi, pugnace, il réussit son projet et donne une bonne cure d’intelligence tonique.

Et si vous ne l’avez pas encore fait, lisez « L’Eglise que j’espère » (Flammarion/Etudes), l’interview que le Pape François a donnée aux revues jésuites. Dans ce dialogue vivant, c’est tout le programme du pape qui s’expose. Rien de tel que d’aller à la source !

 

Spiritualité

C’est « La souffrance désarmée » de V. Dufief (Salvator) qui a été primé par le jury Panorama-La Procure. L’auteure raconte comment elle a transcendé ses troubles bipolaires en s‘abandonnant à la main de Dieu. Dans une langue superbe, un bijou d’écriture.

Il faut souligner aussi la très belle réussite qu’est « Marie de Nazareth » de G. de Menthière (Mame). Ce récit qui se lit comme un roman,  permet de comprendre et de suivre Marie de manière exceptionnelle. Une lecture spirituelle idéale.

Si vous voulez partager la vitalité, la simplicité, l’enthousiasme du pape François, il n’est pas trop tard pour vous munir de son exhortation. Lire un tel texte (si on l’a décidé évidemment) est tout le contraire d’un effort, le talent si expressif du pape nous emporte et nous donne envie de goûter nous aussi à « La joie de l’Evangile ».

Enfin, ce serait une bonne idée que de prendre un des « Trésors du christianisme »que les éditions du Cerf proposent maintenant au prix d’un poche : « Initiation à Saint Augustin »de M. Neusch, « Propos intempestifs sur la prière » de AM Besnard (sans doute le meilleur guide qui soit pour l’oraison),  « Si tu cherches Dieu » de JR Bouchet (pour ceux qui n’ont pas peur d’être jeunes et débutants…) et des dizaines d’autres titres à la valeur éprouvée. Ils porteront tout votre été.

 

Jean-François Rod

Jean-François Rod

Ce contenu a été publié dans Chroniques de nos libraires, Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.